4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   3 joueurs discrets qui pourraient remporter les Internationaux d’Australie

3 joueurs discrets qui pourraient remporter les Internationaux d’Australie

16 Jan 2016
Écrit par: Tennis Canada
Écrit par: Tennis Canada
Classé sous:
Qui pourrait vraiment brouiller les cartes en Australie?

Évidemment, les preneurs aux livres de Vegas donnent Novak Djokovic gagnant, mais rien n’est coulé dans le béton jusqu’à ce que la dernière balle soit jouée. Le Top 20 de l’ATP foisonne de joueurs hyper talentueux qui sont assoiffés de victoires tout autant que Novak, et peut-être même davantage. Les prestations passées sont de bons indicateurs des prestations futures et c’est pourquoi nous allons fouiller dans les statistiques de 2015 des Grands Chelems.

À la veille des Internationaux d’Australie, nous vous présentons trois joueurs qui sont prêts à faire des vagues à Melbourne.

18270214DI_ESP_RSA_ANDERSON

Kevin Anderson

Après huit ans sur le circuit, l’année 2015 a été un premier moment de gloire pour le grand Sud-Africain. Anderson est reconnu pour sa stature (6 pieds, 8 pouces) et son puissant service. Aux Internationaux des États-Unis, il a participé à son premier quart de finale, portant ainsi sa fiche en Grands Chelems à 12-4, soit la septième meilleure du circuit. Il a enregistré d’incroyables statistiques lors de tous les tournois du Grand Chelem :
  • Taux d’aces = 19,2 %, 4e meilleur du circuit
  • Pourcentage de gain en premiers services = 80,6 %, 3e meilleur du circuit
  • Pourcentage de jeux remportés au service = 89,6 %, 7e meilleur du circuit
La surface de Melbourne sera favorable pour son service et s’il poursuit sur cette lancée, aucune des têtes de série ne sera heureuse de le voir de l’autre côté du filet.


Kei Nishikori

Sur les grandes scènes, Nishikori a connu plus de succès qu’Anderson, mais l’année 2015 a été un peu différente. Il a conquis trois titres, mais n’a remporté que neuf matchs en tournois du Grand Chelem – en partie à cause d’une blessure qui l’a forcé au retrait au deuxième tour de Wimbledon. Contrairement à Anderson, ce sont les statistiques en retour de service des Internationaux d’Australie de 2015 qui sautent aux yeux :
  • Pourcentage de balles de bris remportées = 45,5 %, 2e parmi les quarts de finalistes
  • Balles de bris remportées = 25, 3e au tournoi
  • Pourcentage de points en retours de service = 41,4 %, 2e parmi les quarts de finalistes
S’il retrouve la forme, sa maîtrise des retours de service fera de lui un adversaire redoutable à Melbourne.

australian-open-grand-slam-tennis-jo-wilfried-tsonga-jo-wilfried-tsonga-e978b32538d27fa3a848898810ba2d42-image-191785

Jo-Wilfried Tsonga

Grand négligé, Tsonga espère atteindre une étape de plus à Melbourne. En 2015, sa fiche était de 11-3 en Grands Chelems, sans avoir disputé les Internationaux d’Australie – possiblement son meilleur tournoi après y avoir atteint la finale en 2008. Tsonga est un mélange d’Anderson et de Nishikori, possédant un service dévastateur et des retours sans pitié. Il frappe la balle avec puissance et à plat, un style parfait pour la surface de Melbourne. Ses statistiques de 2015 en Grands Chelems font peur :
  • Ratio de domination = 1,38, 3e meilleur du circuit (RD = % de points gagnés sur le service de l’adversaire divisé par le % de points perdus sur son propre service)
  • Pourcentage de gains en premiers services = 80,6 %, 2e meilleur du circuit (mieux qu’Anderson!)
  • Pourcentage de gains au deuxième service = 58,4 %, 4e meilleur du circuit
  • Points par jeu en retour de service = 6,7, 6e meilleur du circuit
  • Balles de bris par jeu = 0,67, 9e meilleur du circuit
Si son service et ses retours fonctionnent bien et que le Français est confiant, attention, messieurs!