4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   Brayden Schnur espère poursuivre sur sa lancée à la Coupe Rogers 2017

Brayden Schnur espère poursuivre sur sa lancée à la Coupe Rogers 2017

04 Août 2017
Écrit par: Emna Achour
Écrit par: Emna Achour
Classé sous:

Il était environ 10 h 45 quand Brayden Schnur a fait son entrée sur l’Esplanade du Parc olympique, jeudi, en vue des festivités entourant le coup d’envoi de la Mini Coupe Rogers.

Calme et le sourire aux lèvres, l’athlète de 22 ans de Pickering, en Ontario, attendait patiemment et en silence près du podium qu’on lui donne des instructions pour la conférence de presse à laquelle il s’apprêtait à participer.

Il a fallu au moins 20 minutes avant que les premiers enfants sur place réalisent qu’ils avaient devant eux un joueur de tennis professionnel, qui a fait son entrée dans le Top 200 mondial la semaine dernière et qui figure actuellement au 194e rang du classement de l’ATP. S’en est suivie une longue séance de signature et de prise de photos, ce qu’il n’aurait jamais cru possible il y a un an à peine.

« C’est très excitant », a déclaré Schnur. « Je réalise que je m’approche de plus en plus de mon objectif de faire partie des 100 meilleurs joueurs du monde. C’est assez spécial de savoir que je suis maintenant à moins de 100 places d’y parvenir et très motivant. Je me pousse chaque jour à faire mieux et j’apprécie à fond ma première année chez les pros. »

C’est après avoir passé deux ans et demi avec l’équipe de tennis de l’Université de la Caroline du Nord que Schnur s’est senti prêt à faire le grand saut et à tenter sa chance sur le circuit de l’ATP, un risque qui a été payant jusqu’à présent.

« C’est un autre moyen de faire carrière si on veut », a mentionné Eugène Lapierre, directeur de la Coupe Rogers. « Les jeunes, quand ils sortent du junior, ils évaluent; est-ce que je suis prêt à faire le saut sur le circuit [professionnel]? Est-ce que je devrais aller du côté du tennis universitaire américain? Certains d’entre eux sont prêts et veulent tester leurs aptitudes tout de suite sur le circuit professionnel. Ça veut dire jouer des Futures, jouer des Challengers… ce n’est pas facile. Il faut grimper vite et passer ce stade assez rapidement parce que passer beaucoup de temps là, c’est dur.

« Selon moi, Brayden a fait un bon choix en allant à l’université aux États-Unis. Mais là, il tente sa chance sur le circuit professionnel et ça fonctionne. Je l’ai vu jouer à Granby la semaine dernière; un gros service, un jeu solide et il a l’air de s’amuser sur le terrain. On va espérer qu’il puisse continuer sa progression et qu’il puisse peut-être un jour percer le Top 100. […] On va lui souhaiter la meilleure des chances. »

Schnur s’amène maintenant à Montréal avec un laissez-passer pour le tableau principal de la Coupe Rogers, la deuxième de sa carrière. À Toronto en 2014, il avait gagné ses deux matchs de qualification avant de s’incliner au premier tour face à l’Italien Andreas Seppi.

« Je m’étais qualifié [pour le tableau principal] il y a trois ans, donc j’essaie simplement de me remettre dans le même état d’esprit qu’à l’époque », a-t-il déclaré. « Je jouais sans pression, j’avais du plaisir. Je connais une bonne saison jusqu’à présent donc j’essaie de bâtir là-dessus. Je pense jouer du très bon tennis en ce moment et si je peux garder le même rythme, tout peut arriver. »