August 3-11, 2019 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Home   Nouvelles   Denis Shapovalov tout en confiance en vue de la Coupe Rogers

Denis Shapovalov tout en confiance en vue de la Coupe Rogers

05 Août 2017
Écrit par: Emna Achour
Écrit par: Emna Achour
Classé sous:

Denis Shapovalov est un de ces athlètes qui n’a pas besoin qu’on le couvre de compliments sur son jeu pour qu’il sache qu’il a du talent.

Il le sait déjà.

Certains pourraient voir son attitude comme de l’arrogance, mais il s’agit pourtant simplement d’une confiance inébranlable qu’il a en ses moyens depuis toujours, et on ne peut pas lui en vouloir.

Shapovalov avait surpris tout le monde en battant l’Australien Nick Kyrgios, alors 19e raquette mondiale, au premier tour de la Coupe Rogers 2016 présentée à Toronto, alors qu’il n’était âgé que de 17 ans. Il s’était ensuite incliné au deuxième tour face au Bulgare Grigor Dimitrov, non sans lui avoir livré une belle bataille.

Un an plus tard, le Canadien et 134e joueur mondial se retrouve à nouveau au sein du tableau principal du tournoi sans avoir eu à passer par les qualifications et affrontera le Brésilien de 33 ans Rogerio Dutra Silva, qui figure au 64e rang du classement de l’ATP.

« C’est excitant d’être de retour à la maison, a-t-il déclaré samedi. C’est ma première fois à Montréal, ma deuxième fois dans le tableau principal de la Coupe Rogers. Je ne me sens pas nerveux. Je joue du bon tennis en ce moment, je fais bien depuis quelque temps et j’ai confiance en mon jeu. Mais ce ne sera pas évident. [Dutra Silva] est un très bon joueur et ce que j’ai accompli l’an dernier ne veut plus rien dire. C’est une nouvelle année, un nouveau tournoi et je vais faire de mon mieux. »

Shapovalov s’amène à Montréal après avoir bien fait dans les deux derniers tournois auxquels il a pris part, lui qui a atteint les demi-finales au Challenger Banque Nationale de Granby, s’inclinant devant son compatriote Peter Polansky, et a remporté le Challenger Banque Nationale de Gatineau. Il a également réussi à se tailler une place au sein du tableau principal à Wimbledon, une première pour lui en carrière. D’après lui, tout est une question de mental.

« Dans les derniers mois, je crois que j’ai surtout amélioré l’aspect mental de mon jeu sur et à l’extérieur du terrain, a-t-il indiqué. Sur le court, j’essaie de demeurer calme et de contrôler mes émotions et mes pensées pendant un match. En dehors du terrain, j’essaie d’être plus professionnel, de m’étirer, de manger correctement, de prendre soin de mon corps, ce genre de choses. […] Pour moi, le tennis est surtout très mental alors si je peux perfectionner cet aspect de mon jeu, je pense pouvoir devenir un très bon joueur. »

L’Ontarien a curieusement connu beaucoup de succès dans les tournois québécois cette année, remportant le Challenger Banque Nationale de Drummondville et le Futures de Gatineau et s’illustrant dans les demi-finales du Futures Subaru de Sherbrooke.

« Je fais très bien au Québec, je ne sais pas particulièrement. C’est peut-être la poutine qui me fait cet effet, a-t-il rigolé. Je pense que jouer à la maison m’a vraiment aidé, le soutien des partisans est vraiment exceptionnel et je le sens pendant mes matchs. C’est en partie grâce à eux si je joue du bon tennis. »