4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   La victoire de Shapovalov contre Nadal parmi les meilleurs matchs jamais disputés par des Canadiens à la Coupe Rogers

La victoire de Shapovalov contre Nadal parmi les meilleurs matchs jamais disputés par des Canadiens à la Coupe Rogers

11 Août 2017
Écrit par: Emna Achour
Écrit par: Emna Achour

« Jeu, manche et match, Denis Shapovalov. »

Moins de 24 heures plus tard, le monde du tennis est encore sous le choc : Shapovalov, un jeune Canadien de 18 ans, a battu un des meilleurs joueurs de l’histoire du sport en Rafael Nadal sur un Court central plein à craquer et devant ses partisans.

Le niveau de décibels a dû frôler la limite du physiquement tolérable pour l’homme. Un loustic sur la galerie de presse disait à la blague jeudi qu’il espérait que le bruit du Stade Uniprix ne se rende pas jusqu’à Saint-Lambert parce qu’il commençait à être tard…

La victoire surprise de 3-6, 6-4 et 7-6 (4) de Shapovalov face à Nadal en est une dont plusieurs se souviendront encore longtemps, et s’inscrit dans la liste des plus belles performances de l’histoire produites par les joueurs canadiens à Montréal.

On n’a qu’à penser au match entre Simon Larose et le mythique Gustavo « Guga » Kuerten en 2003, à ce qui s’appelait autrefois le Masters de tennis du Canada, que le Québécois avait remporté 7-5 et 7-6 (2) contre un adversaire pourtant classé 300 rangs devant lui.

Quatre ans plus tôt, à l’époque où le tournoi de Montréal se nommait l’Omnium du Maurier, le Québécois Sébastien Lareau avait quant à lui eu le dessus sur Richard Krajicek, septième joueur mondial et cinquième tête de série à ce moment-là, en trois manches de 4-6, 7-6 (4) et 6-4.

Martin Laurendeau, entraîneur de Shapovalov et ancien joueur lui-même, se souvient de ces rendez-vous marquants et classe le match de son protégé dans la même catégorie.

« Pour Stéphane Bonneau contre Jakob Hlasek, j’étais là. Pour [Daniel] Nestor contre [Stefan] Edberg (en Coupe Davis) aussi. Ce sont des moments incroyables, a-t-il déclaré vendredi. Mais [jeudi] soir, il y avait une magie dans le stade. Souvent, pour le deuxième match de la soirée, les gens commencent déjà à penser à partir après la première manche parce qu’ils travaillent le lendemain. Ils auraient pu le faire hier à 6-3 pour Nadal en pensant que ça serait semblable au deuxième acte et sortir avant le reste de la foule.

« Mais ceux qui sont restés ne l’ont pas regretté. Ils ont contribué à en faire une expérience sportive extraordinaire. Même Wayne Gretzky avait l’air à fond dedans, comme nous quand on regarde des matchs de la coupe Stanley comme amateurs de sports, tout simplement. [Jeudi] soir, c’était un moment inoubliable. »

Même Roger Federer, qui n’était plus au Stade Uniprix lors du match, mais qui a tout de même assisté à l’exploit de Shapovalov depuis la télévision de sa chambre d’hôtel, a admis avoir pris grand plaisir à voir à l’œuvre le jeune Canadien.

« J’ai regardé tout le match, c’était un match fabuleux, a-t-il dit vendredi. C’était fantastique pour les fans ici à Montréal et partout au Canada, et aussi pour Denis qui a joué un match vraiment extraordinaire. Il a continué de jouer vers l’avant. Oui, il n’avait rien à perdre, mais Rafa ne va jamais te donner un match, tu vas toujours devoir aller le chercher. Denis l’a fait et c’est fabuleux pour lui et pour le tennis. Pour un jeune joueur de 18 ans, gagner contre une légende comme Rafa, c’est toujours bien pour le tennis qu’on commence à voir de nouveaux joueurs arriver. J’étais à fond dans le match. […] J’avais beaucoup de plaisir à le regarder comme fan, tout simplement. »