4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   L’art de corder

L’art de corder

13 Août 2015
Écrit par: Tennis Canada
Écrit par: Tennis Canada
Classé sous:

Plusieurs acteurs travaillent dans l’ombre à la Coupe Rogers. Parmi eux, il y a ceux qui s’occupent minutieusement de corder les raquettes des joueurs.

Ils sont trois à s’adonner à cette besogne essentielle au tournoi de Montréal. Quand il s’agit de leurs raquettes, chaque joueur a ses exigences particulières et plusieurs variables entrent en ligne de compte; le type de cordage, la tension et la façon de corder la raquette doivent être minutieusement respectés.

« La tension du cordage varie beaucoup d’un joueur à l’autre », explique Martin Greene, un des trois cordeurs de la Coupe Rogers. « Contrairement à jadis, les joueurs préfèrent de basses tensions, soit entre 51 et 53 lb (23 et 24 kg). »

« C’est plutôt rare pour les joueurs récréatifs puisque le cordage perd de sa tension beaucoup plus rapidement. Les professionnels vont garder leur raquette 24 heures ou pour le temps de leur match et la font corder à nouveau. »

À titre de comparaison, les joueurs récréatifs cordent normalement aux alentours de 60 lb.

En début de tournoi, ce n’est pas le travail qui manque pour les cordeurs.

« Au début de la semaine, on commence à 7 h », poursuit Greene. « Toutefois, au fur et à mesure que le tournoi avance, il y a moins de raquettes à corder. »

Au début, les cordeurs peuvent s’occuper d’une trentaine de raquettes par jour et peuvent corder, en période de pointe, environ quatre raquettes par heure.

Pour arriver à une telle efficacité, il aura fallu des années d’entraînement à Martin Greene et à ses acolytes. Après plus de 20 ans d’expérience, on peut dire qu’il maîtrise maintenant cet art.

« N’importe qui peut apprendre rapidement à corder une bonne raquette », confie Greene.
« La seule différence c’est que ça va te prendre 45 minutes, alors que je peux la faire en 10-12 minutes. »

La nature de leur travail exige que les cordeurs soient prêts à tout moment.

« Ça peut arriver qu’en plein match un joueur ne soit pas satisfait de sa raquette », explique le cordeur. « Soit qu’ils veulent plus de tension ou qu’ils arrivent sur le terrain avec des raquettes cordées à différentes tensions. Une fois que leur choix est fait, ils envoient les autres raquettes se faire corder. »