4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   Les joueurs traités aux petits oignons

Les joueurs traités aux petits oignons

12 Août 2015
Écrit par: Tennis Canada
Écrit par: Tennis Canada
Classé sous:

À Montréal lors de la Coupe Rogers, comme dans la plupart des autres grands tournois de tennis de la planète, tout est mis en oeuvre pour que les moindres petits caprices des joueurs soient pris en charge.

Peu importe la demande.

«Je me rappelle l’année passée, il y avait un entraîneur qui désirait absolument une eau de coco en particulier, a indiqué Sophie Clermont, l’une des responsables, service aux joueurs. Mais elle était introuvable. Elle n’était pas disponible ici. Nous avons cherché pendant des jours, sans jamais en trouver.

«Ce genre de demandes extrêmes, elles sont plutôt rares. La plupart des joueurs sont très respectueux et détendus.»

Une raison peut expliquer ce comportement des joueurs.

«C’est notamment en raison de la technologie, a continué celle qui effectue ce boulot depuis 2011. Ça ne fait pas si longtemps que je suis ici, mais je vois une différence.»

Billets pour le tournoi, terrains d’entraînement pour tous, restaurants, billets d’avion, tout est traité. D’ailleurs, cette année, le tournoi a conclu une association avec une dizaine de restaurants montréalais qui réservent certaines de leurs tables pour les joueurs.

Anecdotes, situations cocasses, conflits, ceux qui font partie du comité du service aux joueurs en ont vu de toutes les couleurs.

«L’an dernier lors de la panne d’électricité, une joueuse est venue me voir pour demander le mot de passe du réseau sans fil, a continué Sophie Clermont. Je l’ai regardée sans trop savoir quoi lui dire et elle a vite réalisé son erreur. Elle en était gênée. Mais elle n’est vraiment pas la seule à avoir fait cette demande.»

Et d’autres fois, la situation peut vite tourner au cauchemar pour la responsable. Et ce n’est pas nécessairement la faute du joueur.

«Il y a quelques années, Jarkko Nieminen était venu me voir pour que l’on réserve ensemble son vol vers Cincinnati, a souligné la sympathique responsable.

«Sauf que la compagnie aérienne ne reconnaissait pas sa carte de crédit, qui provenait de Finlande. Pour cette compagnie aérienne, la Finlande n’existait pas. Tous les pays étaient là, mais pas la Finlande. J’ai passé des heures avec la compagnie aérienne. Les autres joueurs étaient au courant de cette situation et lui donnait des tapes dans le dos en signe de soutien. Finalement, ç’a pris 48 heures avant qu’il puisse avoir son billet.»

Quand on vous dit que tout est fait pour satisfaire les joueurs.