4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   Milos Raonic veut bien faire à Montréal, qu’il considère comme son chez-soi

Milos Raonic veut bien faire à Montréal, qu’il considère comme son chez-soi

07 Août 2017
Écrit par: Emna Achour
Écrit par: Emna Achour
Classé sous:

Milos Raonic a beau avoir grandi dans la ville de Thornhill, en Ontario, c’est à Montréal qu’il a vécu certains des plus beaux et des plus importants moments de sa carrière de tennisman.

C’est à Montréal, au Centre national d’entraînement, qu’il a façonné le joueur de tennis et l’homme qu’il est devenu aujourd’hui et, après être passé si près de remporter les grands honneurs au Stade Uniprix contre Rafael Nadal en 2013, il adorerait avoir une deuxième chance de gagner la Coupe Rogers devant les amateurs, les entraîneurs, les amis et la famille qui l’ont vu grandir et évoluer.

« C’est super d’être de retour ici, a mentionné Raonic dimanche. Même que je connais ce stade beaucoup mieux que celui de Toronto. Je me suis souvent entraîné ici. Cette pièce (la salle de conférence de presse) était notre salle de cours quand j’étais au Centre national. Toutes ces petites choses me sont familières. C’est agréable de revenir où les amateurs m’ont accueilli pendant des années, et où ma famille pourra venir m’encourager puisque ce n’est pas trop loin de la maison. »

Et d’après la sixième tête de série de la Coupe Rogers, il n’y a pas que lui qui apprécie grandement l’accueil que le tournoi montréalais leur réserve.

« Ce que j’aime le plus de ce tournoi, c’est évidemment la familiarité que j’aie avec les installations, mais aussi le fait que [le stade] soit si près du centre-ville. Mais l’engouement pour ce tournoi, que ce soit le volet masculin ou féminin, est incroyable, a dit Raonic. L’ambiance, l’énergie sur le court sont exceptionnelles et je garde de très bons souvenirs de mon parcours d’il y a quatre ans. »

Après une ascension phénoménale qui avait notamment mené le Canadien à la prestigieuse finale du tournoi de Wimbledon en 2016 et au troisième rang mondial en novembre dernier, Raonic a été ralenti par les blessures. Il a d’ailleurs glissé de quelques places et occupe actuellement le 10e échelon.

L’athlète de 26 ans n’a pas encore remporté de tournois du Grand Chelem, lui qui compte huit titres depuis le début de sa carrière, mais aucun cette année malgré deux présences en finale (Delray Beach et Istanbul). Selon Nadal, il ne manque pas grand-chose à Raonic pour qu’il passe au niveau supérieur.

« Tout ce qu’il a à faire, c’est gagner, a simplifié l’Espagnol et favori du tableau à Montréal. Parfois, tu dois être patient et attendre le bon moment. Ça arrive à tout le monde. Il a subi des blessures, ce qui n’est jamais évident, mais il a tout de même très bien géré le tout. C’est un joueur très talentueux et je suis sûr que c’est un bon candidat pour gagner le titre partout où il passe, surtout à la maison. »

Avant tout, il devra vaincre au deuxième tour le gagnant du duel opposant le Russe Daniil Medvedev et le Français Adrian Mannarino, deux joueurs au style assez différent.

« L’un (Mannarino) essaie de jouer de façon plus rusée pour mettre son adversaire dans des situations inconfortables. De plus, c’est un gaucher, a évoqué Raonic. L’autre (Medvedev), je crois l’avoir vu s’entraîner à une ou deux reprises. Il essaie toujours de jouer dur, de frapper fort et d’enlever le maximum de temps à son adversaire. Je vais devoir m’assurer de bien faire les choses, peu importe qui j’affronterai. »