4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   Montréal occupe une place spéciale dans le cœur de Federer

Montréal occupe une place spéciale dans le cœur de Federer

07 Août 2017
Écrit par: Emna Achour
Écrit par: Emna Achour
Classé sous:

Roger Federer n’a pas de souvenirs clairs de ses rares passages à la Coupe Rogers de Montréal, lui qui participe cette année au tournoi pour la première fois depuis 2011.

De son propre aveu, il n’y a pas connu ses meilleures performances (défaite au troisième tour en 2011 et en quart de finale en 2009, après avoir perdu en finale en 2007), ce qui n’aide sûrement pas.

Mais il y a tout de même un événement qui reliera Federer à la Coupe Rogers de Montréal pour toujours ; la naissance de ses premiers enfants.

« Avant 2010, je me souviens de mon match contre Djokovic [en finale en 2007] et de quelques autres matchs, mais le reste est assez flou pour être honnête, a-t-il admis vendredi. Ce qui va me marquer à vie cependant, c’est en 2009 quand mes filles étaient âgées de deux semaines. C’était notre premier voyage, on venait de recevoir les passeports. C’était incroyable. J’essayais d’être un papa pour la première fois et c’était le chaos total, mais de façon positive. Et ça s’est passé ici, à Montréal, donc cette ville revêtira toujours un cachet particulier pour moi. »

« Cette année, je suis venu sans ma famille, alors ça devrait être un peu plus tranquille. Je vais tenter de me concentrer sur mon jeu et de me reposer et dormir le plus possible avant de les revoir la semaine prochaine. »

L’athlète de 35 ans (il soufflera sa 36e bougie mardi) a pris la décision de ne pas participer à la saison de terre battue cette année, préférant se concentrer sur sa préparation en vue de la saison sur gazon. Cette décision lui a d’ailleurs été bénéfique, car il a remporté le tournoi de Halle en juin avant de soulever son huitième trophée à Wimbledon.

Ça fait maintenant plus d’un an que Federer se montre de plus en plus sélectif quand vient le temps de choisir les compétitions auxquelles il prendra part. Pourquoi donc avoir accepté de venir jouer à Montréal après six ans d’absence ?

« Je pense que je me suis décidé il y a environ six jours, a-t-il admis. Je voulais laisser la porte ouverte, voir à la dernière minute comment je me sentirais après mes vacances. Quand j’ai repris l’entraînement et que j’ai vu que j’étais en forme, ça ne m’a pas pris trop de temps à retrouver le rythme. C’est toujours mon souhait de jouer davantage dans la deuxième partie de la saison. Je pense que les six premiers mois de l’année ont aussi été très positifs puisque je n’ai pas subi de blessure, je suis en bonne santé et je n’ai pas perdu trop d’énergie même si j’ai beaucoup joué. Je me suis donc dit que je m’étais assez entraîné dans la dernière année et que si je me sentais en forme, je préférais disputer des matchs plutôt que de m’entraîner. »

 

Montréal, deuxième derrière Wimbledon

Pendant le point de presse de Federer, un journaliste italien a soulevé un point intéressant qui était inconnu des reporters montréalais ; lors du Masters de Rome en 2015, le Suisse a révélé sur les ondes de la télévision italienne que tout juste après le court central du All England Club à Wimbledon, celui du Stade Uniprix était son favori de tout le circuit. Tout un compliment venant du Maître du gazon.

« Ce que je perçois ici, c’est une âme dans ce tournoi, a expliqué Federer. Je perçois une âme dans ce court central. Je sais que le stade existe depuis longtemps et j’aime ça. Le fait qu’il ne soit pas symétrique le rend aussi unique parce que tous les autres sont soit carrés ou ronds, tous pareils. J’ai l’impression que celui-ci ne l’est pas et j’aime ça. Les foules sont toujours bonnes, c’est toujours assez plein. Il y a des séances de jour et de soir, ce qui est bien, et on sent une superbe énergie dans la ville. Tout le monde semble très excité que le tennis soit de retour année après année. Je trouve que c’est un super court central et c’est pour cela que j’aimerais y passer le plus de temps possible. »