En route vers la Coupe Rogers : En préparation pour lndian Wells

vendredi, 1 Mar

Bienvenue à En route vers la Coupe Rogers, un récapitulatif sur l’action de la WTA Tour avant l’édition 2019 de la Coupe Rogers présentée par Banque Nationale, qui aura lieu du 3 au 11 août, au Centre Aviva de Toronto.

Aujourd’hui, nous vous proposons un aperçu de l’Open BNP Paribas alors que les plus grandes vedettes de la WTA se préparent à prendre part au premier tournoi Premier obligatoire de la saison. Mais d’abord, revenons sur ce qui s’est récemment passé dans le monde du tennis féminin.

Bencic remporte la couronne des Championnats de Dubaï

Belinda Bencic a surpris Petra Kvitova pour mettre la main sur le trophée du simple des Championnats de Dubaï. En finale, la championne de l’édition 2015 de la Coupe Rogers a eu raison de Kvitova par 6-3, 1-6 et 6-2, signant ainsi une quatrième victoire consécutive aux dépens d’une joueuse du Top 10 au cours de la semaine. Curieusement, toutes les adversaires que Bencic avait éliminées à la Coupe Rogers de 2015 étaient soit des finalistes de Grands Chelems ou d’anciennes numéro un mondiale. On dirait qu’elle a le don de gagner à la dure !

Halep s’accroche au fil d’arrivée au Qatar

Le mois dernier, la favorite Simona Halep a été secouée par la Belge Elise Mertens en finale de l’Open du Qatar. Halep, qui est la championne en titre de la Coupe Rogers, avait pourtant bien amorcé le duel en empochant la manche initiale, mais a été incapable de poursuivre sur sa lancée et a finalement subi une défaite de 3-6, 6-4 et 6-3. La Roumaine de 27 ans, qui a conquis sa première couronne d’un Grand Chelem l’an dernier à Roland-Garros, espère se reprendre à Indian Wells où elle avait triomphé il y a quatre ans.

(Kamran Jebreili/AP)

Les meilleures raquettes du monde se préparent pour l’Open BNP Paribas d’Indian Wells

À l’aube de l’édition 2019 de l’épreuve californienne, la championne en titre du simple féminin et actuelle numéro un mondiale Naomi Osaka aura assurément la ferme intention de répéter son exploit. Avant son triomphe de l’an dernier, Osaka n’avait jamais franchi le troisième tour d’un tournoi Premier obligatoire. Aujourd’hui, l’athlète de 21 ans compte deux trophées de Grands Chelems, soit ceux des Internationaux des États-Unis et des Internationaux d’Australie. Malgré un superbe début de saison, la Japonaise a mis un terme à son association avec son entraîneur avant de s’incliner au deuxième tour des Championnats de Dubaï face à Kristina Mladenovic. Sa préparation ne sera sans doute pas optimale pour Indian Wells.

Pendant ce temps, la triple championne de la Coupe Rogers Serena Williams vient tout juste de réintégrer le Top 10 pour la première fois depuis la naissance de sa fille. Williams espèrera franchir une étape de plus qu’en 2016 alors qu’elle tombait en finale aux mains de Victoria Azarenka. Williams a déjà goûté à la victoire à Indian Wells, ayant vaincu Steffi Graf (6-3, 3-6, 7-5) en 1999 ainsi que Kim Clijsters (4-6, 6-4, 6-2) en 2001 pour remporter les grands honneurs.

Finaliste l’an dernier, Daria Kasatkina tentera d’oublier son piètre début d’année. En effet, après s’être inclinée dès le premier tour des épreuves de Brisbane, de Sydney et de Melbourne, elle a été expulsée du Top 10 et s’est séparée de son entraîneur Philippe Dehaes. La Russe de 21 ans voudra donc rebondir avec une performance positive à Indian Wells. Saura-t-elle prendre un nouvel envol ou craquera-t-elle sous la pression ?

Le contingent canadien

Les Canadiennes ont connu un excellent début de saison – surtout Bianca Andreescu. En effet, la joueuse de 18 ans a amorcé l’année en accédant à sa première finale de la WTA dans le cadre de la Classique ASB d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, et a ensuite mis la main sur son plus important trophée au Challenger de Newport Beach, en Californie. Après avoir joué un rôle crucial dans la victoire de 4-0 du Canada aux dépens des Pays-Bas à la Fed Cup, la jeune joueuse espère faire encore des vagues à Indian Wells. Grâce à des 21 victoires – soit plus que toute autre joueuse de la WTA -, Andreescu a obtenu un laissez-passer pour le tableau principal du tournoi.

La Montréalaise Eugenie Bouchard est également en bonne forme à la veille du tournoi. La Canadienne, qui vient de célébrer son 25e anniversaire de naissance, a conquis le premier titre de double de sa carrière à la Classique ASB après avoir atteint les quarts de finale du simple. Quelques semaines plus tard, aux Internationaux d’Australie, elle a indiqué la sortie à l’ex-14e mondiale Peng Shuai avant de se buter à Serena Williams. L’an dernier, dans le désert californien, la Canadienne a été éliminée d’entrée par Sachia Vickery. Il va sans dire qu’elle est déterminée à améliorer cette prestation.

Si l’on se fie à leur forme actuelle, ce tournoi pourrait s’avérer mémorable pour nos deux Canadiennes. On se croise les doigts, mesdames !

(Photos : BNP Paribas Open)

Tags