4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   Tebbutt : Les vacances d’été du tennis

Tebbutt : Les vacances d’été du tennis

23 Juin 2015
Écrit par: Tom Tebbutt
Écrit par: Tom Tebbutt
Classé sous:

Cela ne dure que peu de temps avant la frénésie de Wimbledon, mais les deux ou trois derniers jours d’entraînement au All England Club sont vraiment uniques.

Les joueurs sont heureux d’être sur les terrains d’entraînement de l’Aorangi Park ou sur les terrains principaux du All England Club, personne n’a encore perdu de match et ils sont presque tous dans des dispositions optimistes.

Tout est amplifié par la présence pastorale du gazon. Utilisés seulement cinq semaines par année, ils sont plus doux et plus invitants que les terrains de terre battue ou de ciment.

Roger Federer Rafa Nadal

À d’autres périodes de l’année, on ne verrait jamais Rafael Nadal et Roger Federer prendre une pause de l’entraînement comme cela.

Wimbledon est situé dans une banlieue qui ressemble à un petit village verdoyant. Les terrains d’entraînement d’Aorangi sont situés derrière la fameuse Henman Hill d’où des centaines de spectateurs suivent les matchs de tennis sur l’écran géant.

Practice courts

Dans les jours précédant les « Championships », l’accès au site est réservé aux joueurs et à leur équipe de soutien, aux travailleurs, aux officiels du club et aux médias.

Andy Murray

Il n’y a qu’une courte distance entre les terrains d’entraînement et les vestiaires en passant par la « St. Mary’s Walk » – on y voit Andy Murray avec son sac de raquettes.

Contrairement à tout autre moment de l’année, on peut vraiment sentir la surface des terrains – la pelouse impeccable sent le gazon fraîchement coupé.

Les joueurs se déplacent sur le site ou se rassemblent, comme ils le font à l’Aorangi Park avant et après les entraînements – c.-à-d. le groupe de Français ci-dessus, comprenant Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon  – est toujours de bonne humeur et prêt à socialiser.

Milos Raonic Novak Djokovic

Tous les meilleurs joueurs sont entourés de leur équipe et il existe un rituel où tous se serrent la main à la fin de chaque entraînement – la photo ci-dessus date de l’an dernier. On y voit Milos Raonic et Boris Becker ainsi que Novak Djokovic et Ivan Ljubicic.

L’Aorangi Park, adjacent au All England Club, a été acheté en 1967 et loué au New Zealand Sports and Social Club. Le All England Club a repris le terrain en 1982, mais a conservé le nom original maori, Aorangi, qui signifie « Nuage dans le ciel ».

Le code vestimentaire est relativement relax sur les 22 terrains d’Aorangi, mais la règle du blanc s’applique aux joueurs qui utilisent les terrains du club, soit les terrains du tournoi.

Raonic and Pospisil

Ci-dessus, un exemple de l’an dernier alors que Raonic et Vasek Pospisil s’entraînaient sur le Court 12 le samedi avant le début du tournoi. Ils étaient tous les deux vêtus de blanc.

Ferrer and outside courts

Cette photo, montrant David Ferrer sur le Court 4 avec son compatriote Pablo Andujar, montre un angle inversé des principaux terrains adjacents avec le Court 2 à l’arrière-plan.

Bouchard and Azarenka

Le niveau d’intensité varie d’un joueur à l’autre au cours des derniers jours d’entraînement. Quelques-uns ne font que frapper la balle doucement pour trouver leur rythme sur le gazon, alors que d’autres disputent des matchs d’entraînement. Il y a un an, sur le Court 18, rendu célèbre par le marathon d’Isner et de Mahut, Eugenie Bouchard et Victoria Azarenka (ci-dessus) se sont livré une vraie bataille d’une manche remportée 6-3 par la Bélarussienne. Toutefois, les résultats à l’entraînement ne sont pas nécessairement garants des prestations au tournoi – quelques jours plus tard, Azarenka tombait au deuxième tour tandis que Bouchard accédait à la finale.

shoe

À Wimbledon, les joueurs portent des souliers à picots, comme on peut le voir dans la photo de la chaussure de Daniel Nestor.

Il y a quelques années, il était intéressant d’entendre un entraîneur dire que les joueurs ne devraient porter ces souliers que sur le terrain, car lorsqu’ils marchent sur l’asphalte ou le ciment, les picots s’aplatissent et ne sont plus aussi efficaces sur le gazon.

Ce gazon, l’ivraie de 8 mm, est la signature de Wimbledon – et une façon nostalgique de se rappeler les terrains de Worple Road où la première édition du tournoi a eu lieu en 1877.

Depuis 1888, il n’y a eu que huit responsables de l’entretien et ils, avec l’aide de 16 employés permanents, doivent préserver l’intégrité du sacro-saint gazon de Wimbledon.

Responsable de 1967 à 1976, Robert Twynam a ainsi décrit les soins qu’ils apportaient à la pelouse : « Nous la tondons et la roulons chaque jour et nous lui donnons à boire lorsqu’elle a soif. »

evening courts

Aujourd’hui, des couvertures gonflables protègent les terrains en leur permettant de respire la nuit (la photo ci-dessus a été prise le samedi avant le début du tournoi de 2014) et en les protégeant de la pluie.

Bouchard : De retour dans la bonne voie?

Eugenie Bouchard

Photo: Jan-Willem de Lange

« Volonté » est le mot sur lequel a insisté l’entraîneur Sam Sumyk lorsqu’il est allé parler à Eugenie sur le terrain alors que celle-ci tirait de l’arrière 5-4 à la première manche de son match contre Alison Riske, mardi, à Eastbourne.

Jusque-là, le match avait été en dents de scie – Bouchard ayant vraiment été l’attaquante. Elle a terminé la manche avec 17 coups gagnants et autant de fautes directes. Quant à Riske, elle comptait six coups gagnants et neuf fautes directes.

« Tu dois rester agressive », a dit Sumyk à Bouchard durant sa seule intervention auprès de sa protégée. « Tu dois t’engager jusqu’au bout. Risque, bouge tes pieds et n’arrête pas d’avancer. »

Ses derniers mots ont été : « Voilà. Sois brave! »

Bouchard, qui a surmonté quelques accrocs rappelant ses récentes défaites, s’est bien accrochée et a remporté le jeu décisif.

En deuxième manche, l’ancienne Bouchard était revenue – elle a joué avec agressivité et c’est Riske qui était sur les talons et Eugenie a finalement signé un gain de 7-6(5) et 6-3 contre la 42e mondiale.

Mercredi, au troisième tour, Bouchard sera opposée à Belinda Bencic, 31e mondiale. Ce sera le premier affrontement entre Bouchard, qui occupe le 12e échelon de la WTA, et la jeune Suisse de 18 ans.

Au sujet de ses récents déboires – 10 défaites en 11 matchs avant le duel de mardi contre Riske –, Bouchard a confié : « Il ne fait pas de doute que j’ai connu des hauts et des bas. J’ai beaucoup appris sur le tennis, sur moi-même et sur la vie. La chose la plus importante est que j’aime jouer au tennis et c’est la priorité. »

Lancer les dés de Wimbledon

Djokovic

Voici les cotes de Ladbrokes, la société de paris de la Grande-Bretagne, pour les tableaux du simple masculin et féminin de Wimbledon. On ne semble pas faire grand cas de Milos Raonic, demi-finaliste en 2014, et d’Eugenie Bouchard, finaliste l’an dernier.

HOMMES                         FEMMES

Djokovic 5/4                   S. Williams 7/4

Murray 11/4                    Kvitova 7/2

Federer 6/1                      Sharapova 9/1

Nadal 12/1                       Azarenka 12/1

Wawrinka 12/1                Halep 16/1

Dimitrov 33/1                  Safarova 20/1

Raonic   33/1                   Kerber 25/1

Nishikori 33/1                  Pliskova 28/1

Berdych 33/1                    Keys 33/1

Tsonga 33/1                      Wozniacki 33/1

Kyrgios 50/1                     A. Radwanska 40/1

Cilic 50/1                          Stephens 40/1

                                          Bouchard  50/1