4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   Tebbutt : Scènes estivales au Grand W

Tebbutt : Scènes estivales au Grand W

26 Juin 2015
Écrit par: Tom Tebbutt
Écrit par: Tom Tebbutt
Classé sous:

J’aurais pu faire une analyse détaillée des tableaux qui ont été effectués vendredi, à Wimbledon, mais j’ai décidé de laisser cela à d’autres. À la place, je vous fais parvenir une longue carte postale d’une magnifique journée d’entraînement au All England Lawn Tennis and Croquet Club.

Une des premières personnes que j’ai croisées a été Milos Raonic. La matinée était fraiche, mais le soleil a réchauffé le reste de la journée.

Au cours d’une brève conversation, Milos m’a confié qu’il se sentait bien et qu’il avait eu trois semaines pour se remettre de sa chirurgie au pied (névrome de Morton), subie le 13 mai.

Vasek Pospisil

Puis, j’ai discuté quelques instants avec Vasek Pospisil qui se rendait aux terrains d’entraînement d’Aorangi. Il m’a dit qu’il se sentait mieux après avoir été ennuyé par une douleur au dos lors du tournoi de Nottingham. Il a eu besoin de trois jours pour se remettre sur pied et il est maintenant fin prêt.

En remontant vers Aorangi, j’ai vu Andy Murray qui frappait avec Grigor Dimitrov sur le court 19, le terrain le plus au nord qui disparaîtra lorsque le court 1 aura son toit.

Amelie Mauresmo 

Les deux entraîneurs de Murray étaient là – Amélie Mauresmo, dont la grossesse est évidente, et Jonas Bjorkman. Ils semblent bien s’entendre, n’est-ce pas?

Je suis revenu au centre de presse à temps pour assister au tirage des adversaires de Raonic et de Pospisil. Contrairement aux trois autres tournois du Grand Chelem où le tirage est partiellement généré par ordinateur, Wimbledon utilise la bonne vieille méthode manuelle.

Milos

Lorsque je suis retourné à Aorangi, j’ai été surprise de voir que Raonic pratiquait avec le Belge David Goffin, un joueur qu’il affrontera sûrement dans trois semaines lorsque le Canada se mesurera à la Belgique en quart de finale de la Coupe Davis, à Ostende.

Ils semblaient bien s’entendre, et comme la rencontre de la Coupe Davis sera disputée sur la terre battue, ces entraînements sur le gazon ne sont pas tellement utiles pour analyser l’adversaire.

P1050193

Quand les joueurs arrivent aux terrains d’entraînement, ils peuvent voir cet agrandissement d’une photo (« photoshoppée ») des champions de l’an dernier.

Un petit peu plus loin – sur le terrain –, la championne de 2014, Petra Kvitova, était là en personne.

Petra Kvitova

Son entraîneur, David Kotyza, portait un t-shirt pour le moins original. Quand je l’ai questionné sur son choix vestimentaire, un peu plus tard, il s’est contenté de rire. Petra me disait que c’est un vieux chandail Nike qu’il a depuis une couple d’années.

Lucie Safarova

Lucie Safarova s’entraînait sur le terrain d’à côté. En fin d’après-midi, elle était sur le court 9, un des terrains du tournoi, et devait donc être de blanc vêtue. Vous la voyez ci-dessus avec l’entraîneur torontois Rob Steckley.

Maria Sharapova

En m’en retournant vers le centre de presse au début de l’après-midi, Maria Sharapova terminait son entraînement sur le court 14. Ce terrain n’avait pas été utilisé l’an dernier, car on procédait à la construction d’installations souterraines pour les chasseurs de balles, les photographes et les médias.

Sharapova semblait un peu nerveuse et était en pleine discussion sérieuse avec son entraîneur Sven Groeneveld.

Daniela Hantuchova

Il y a toujours des gens qui s’affairent près des terrains d’entraînement – quelques-uns qui jasent, des équipes de tournage réalisant des entrevues et des joueurs qui s’activent ou s’étirent, comme on voit ici Daniela Hantuchova.

Alexandra Dulgheru, qui a fait les frais de l’incident de la poignée de main avec Eugenie Bouchard lors de la rencontre de la Fed Cup opposant le Canada à la Roumanie, à Montréal, en avril dernier, est passée à côté de moi. Quand je lui ai demandé si elle avait eu d’autres interactions avec Bouchard, elle m’a souri et a simplement répondu : « Seulement un petit sourire gêné. »

L’ancien entraîneur physique de Bouchard, Scott Byrnes, était aussi dans le coin et a confirmé qu’il travaillait maintenant avec Madison Keys.

Hawkeye

J’ai croisé ce groupe de gens qui travaillait près de la ligne de fond du court 18. Ils ont ajouté Hawk-Eye sur les courts 12 et 18 – il y aura donc cette technologie sur six terrains cette année. On les voit ici tester le système.

Vers 18 h, j’ai croisé Daniel Nestor, qui est la 11e tête de série du tableau de double avec Leander Paes. Au premier tour, ils affronteront Dusan Lajovic et Viktor Troicki.

Nestor a insisté sur le fait que les terrains sont très lents cette année.

Tableaux favorables pour les Canadiens

Wimbledon

Milos Raonic, Vasek Pospisil et Eugenie Bouchard, que je n’ai pas vue aujourd’hui, même si elle devait y être parce que j’ai aperçu son entraîneur Sam Sumyk, ont été relativement épargnés par les tirages du simple.

Lundi, au premier tour, Raonic jouera contre l’Espagnol Daniel Gimeno-Traver, 29 ans et 62e mondial. Le huitième mondial a remporté le seul affrontement précédent contre l’Espagnol, le battant 7-6(2), 6-1, 4-6 et 6-2 au premier tour des Internationaux d’Australie en 2014.

Raonic, demi-finaliste l’an dernier, pourrait ensuite affronter Tommy Haas ou Dusan Lajovic, et possiblement Nick Kyrgios (26e) au troisième tour. Puis ce pourrait être Richard Gasquet (21e) ou Grigor Dimitrov (11e) en huitièmes de finale. Raonic est dans la première moitié du tableau avec le favori Novak Djokovic et pourrait croiser le fer avec le champion en titre en demi-finale après un quart de finale potentiel contre Stan Wawrinka (4e), vainqueur de Roland-Garros.

Quant à Pospisil, il sera opposé à Vincent Millot, mardi. Ils ne se sont jamais rencontrés en tournois de l’ATP, mais Pospisil possède des victoires aux dépens du Français dans des épreuves présentées au Canada en 2013 et en 2009.

Millot, 29 ans et 213e mondial, est marié à une Montréalaise et une journaliste française m’a dit qu’il venait d’avoir une fille et que toute la petite famille sera au Canada cet été pour, entre autres, le Challenger Banque Nationale de Granby, au Québec.

Gaucher, Millot est fait solide, mais ne mesure que 5 pieds 8. La même journaliste m’a raconté une anecdote survenue aux Internationaux d’Australie lorsque Millot affrontait Andy Murray au Rod Laver Arena. Alors que les joueurs se préparaient à aller sur le terrain, Millot attendait avec son sac de raquettes sur le dos et un agent de sécurité lui a demandé de faire de la place pour laisser passer les joueurs. Millot a dû lui dire qu’il était un de ces joueurs.

Si Pospisil, qui s’était incliné au premier tour l’an dernier face à Robin Haase, remporte ce match, il affronterait sûrement Fabio Fognini (30e) au deuxième tour.

En double, Pospisil et Jack Sock, qui sont les troisièmes têtes d’affiche, joueront contre l’Australien Sam Groth et l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky au premier tour.

Mardi, Bouchard (12e) jouera contre la Chinoise Duan Ying-Ying. Duan est une qualifiée et n’a disputé que deux tournois à l’extérieur de l’Asie cette année – elle a perdu au premier tour des qualifications des Internationaux d’Australie contre Bethanie Mattek-Sands et contre la Russie Victoria Kan au tour initial des qualifications de Roland-Garros.

Duan, 25 ans, est massive : 6 pieds 1 et 185 livres (ce pourrait-il que pour une fois, la WTA ait correctement indiqué son poids?).

On dit d’elle qu’elle frappe très fort – et apparemment elle est connue pour être la « Davenport chinoise » pour la puissance de ses coups et sa mobilité limitée.

Si Bouchard, qui n’a jamais affronté Duan, atteint le deuxième tour, elle jouerait contre l’Allemande Tatjiana Maria, qui l’a battue à Miami au mois de mars, ou la Serbe Bojana Jovanovski.

Au troisième tour, ce pourrait être l’Américaine Madison Keys, 21e tête de série.

Bouchard jouera également en double avec l’Ukrainienne Lesia Tsurenko et leurs adversaires du premier tour seront les Britanniques Jocelyn Rae et Anna Smith, qui ont reçu un laissez-passer.

Mot de la fin

Wimbledon

Voici un avertissement très poli que l’on trouve sur une pente menant aux terrains d’entraînement d’Aorangi.