4-12 août 2018 - TorontoAchetez des billets
X
FR EN
Accueil   Nouvelles   VIDÉOS : les 9 plus grandes surprises de l’histoire du tennis

VIDÉOS : les 9 plus grandes surprises de l’histoire du tennis

19 Mar 2016
Écrit par: Tennis Canada
Écrit par: Tennis Canada
Classé sous:

Même les géants peuvent tomber.

Les favoris dominent la scène du tennis. Depuis 2005, les quatre grands — Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray — ont remporté 40 des 45 Grands Chelems. Avant cela, John McEnroe et Jimmy Connors menaient le peloton. Ce phénomène se produisait également sur le circuit féminin, Martina Navratilova, Steffi Graf et Serena Williams dominant leur génération respective. Certains diront que cela rend le sport prévisible, mais selon moi, c’est ce qui le rend extraordinaire. Bien qu’elles soient rares, les surprises n’en sont que plus percutantes.

À l’ère de la domination du « Big Four » + Serena (« Big 5 » ?), amusons-nous à faire le décompte des neuf plus grosses surprises de l’histoire du tennis.

9. Juan Martin Del Potro bat Roger Federer en finale des Internationaux des États-Unis, en 2009

Le numéro un mondial Roger Federer visait un sixième titre consécutif à Flushing Meadows pour égaler la marque que Bill Tilden a établie en 1925, mais le jeune Argentin de 20 ans l’entendait autrement. Roger était alors sur une séquence victorieuse de 41 victoires à New York et lors de son dernier revers à New York, Del Potro n’était âgé que de 14 ans (!). Il va sans dire que Roger devait maudire le ciel cette journée-là…

8. Marion Bartoli bat Justine Henin en demi-finale de Wimbledon, en 2007

La Française de 22 ans et 18e mondiale a réussi à combler un écart d’une manche et un bris pour venir à bout de la numéro un Henin, qui avait empoché la manche initiale en seulement 22 minutes. Les quatre participations précédentes de Bartoli à Wimbledon n’avaient produit que QUATRE victoires.

Le classement Elo est un système d’évaluation du niveau de capacités relatif d’un joueur en compétition avec un autre utilisé notamment aux échecs et au tennis. La différence Elo entre les deux joueuses était de 462, ce qui représente un FORMIDABLE écart. Bartoli en a fait fi et a su tirer de l’énergie de la foule…

« Je n’ai pas bien amorcé le match, car j’étais très nerveuse d’être sur le Court central pour la première fois. Cependant, j’ai aperçu Pierce Brosnan dans la foule et comme il est un de mes acteurs préférés, j’ai essayé de jouer un peu mieux. »

 

7. Goran Ivanisevic bat Patrick Rafter en finale de Wimbledon, en 2001

La carrière de Goran Ivanisevic semblait terminée. Le gaucher croate s’était incliné en finale de Wimbledon à trois reprises avant 2001. Lorsqu’il a conquis le titre, il occupait le 125e rang mondial et avait obtenu un LAISSEZ-PASSER pour le tournoi. Lors de son parcours miraculeux, il a éliminé Carlos Moya, Andy Roddick, Marat Safin, Tim Henman et Patrick Rafter — pensez-y un peu, comment est-ce possible ? Il est devenu le quatrième joueur le moins bien classé, et le seul récipiendaire d’un laissez-passer, à remporter les grands honneurs de Wimbledon. Comme quoi tout est possible lorsque l’on possède un gros service — d’accord, Milos Raonic ?

6. Mats Wilander bat Guillermo Vilas en finale de Roland-Garros, en 1982

Le Suédois a stupéfait la planète tennis lorsqu’il a remporté, à 17 ANS, le trophée de Roland-Garros – alors le plus jeune à conquérir un Grand Chelem. En route, il a fait tomber la deuxième, la troisième, la quatrième et la cinquième tête de série, soit Vitas Gerulaitis, Jose Luis Clerc, Guillermo Vilas et Ivan Lendl — un parcours pour le moins épineux. Il réussira à être couronné deux autres fois à la porte d’Auteuil tout en portant des shorts vraiment, mais vraiment courts.

5. Michael Chang bat Ivan Lendl au quatrième tour de Roland-Garros, en 1989

Le 15e mondial a gravé son nom dans les annales de l’histoire du tennis lorsqu’il a conquis Roland-Garros à l’âge de 17 ans et 3 mois. Il a éliminé le numéro un mondial Lendl au quatrième tour et a pris la mesure de Stefan Edberg (3e) dans une finale épique de cinq manches. Il détient ENCORE le record du plus jeune champion d’un Grand Chelem et le restera probablement pour longtemps.

Fait amusant : il a servi par en dessous contre Lendl — regardez-le ci-dessous.

4. Lori McNeil bat Steffi Graf au premier tour de Wimbledon, en 1994

Steffi Graf possède le plus grand nombre de titres de tournois du Grand Chelem (22) de l’ère moderne, ayant conquis Wimbledon en 1988, 1989, 1991, 1992, 1993, 1995 et 1996. McNeil est devenue la première joueuse à faire tomber Graf au premier tour de Wimbledon. Avant cette défaite surprenante, l’Allemande n’avait jamais abdiqué avant le quatrième tour. L’enjeu de ce match n’était pas très élevé et c’est probablement ce qui rend la défaite encore plus étonnante — personne n’aurait pu imaginer que Graf puisse être éliminée aussi tôt.

3. Richard Krajicek bat Pete Sampras en quart de finale de Wimbledon, en 1996

De 1993 à 2001, Pete Sampras n’a perdu qu’une seule fois à Wimbledon et c’est Richard Krajicek qui lui a infligé ce revers. Le sixième mondial a vaincu Sampras en trois manches et est, par la suite, devenu le premier Néerlandais à remporter les grands honneurs de Wimbledon. Sampras s’est également incliné face au 145e mondial George Bastl lors du deuxième tour de Wimbledon en 2002, mais l’Américain amorçait alors la fin de sa carrière. Que Krajicek domine Sampras dans la période glorieuse de sa carrière surpasse de loin l’exploit de Bastl.

2. Roberta Vinci bat Serena Williams en demi-finale des Internationaux des États-Unis, en 2015

Serena Williams vivait une année de rêve jusqu’à ce que la 43e mondiale Roberta Vinci perce sa bulle. Williams était la championne en titre des quatre épreuves du Grand Chelem et était sur la bonne voie pour réussir son premier Grand Chelem (les quatre tournois dans la même année). Tout le monde savait que Serena allait gagner, mais… elle ne l’a pas fait. Le prix des billets pour la finale était monté à 1 000 $, mais après sa défaite en demi-finale, ils sont tombés sous la barre des 100 $.

Ce match représente la plus grande différence Elo de l’histoire dans une défaite surprise. Aucune joueuse n’avait encore réussi un tel exploit et ce fut la plus importante onde de choc à secouer la planète tennis depuis des lunes.

1. Robin Soderling bat Rafael Nadal au quatrième tour de Roland-Garros, en 2009

Avant ce duel, le 23e mondial avait graduellement fait son chemin vers le Top 20, mais PERSONNE ne s’attendait à ce que le Suédois batte Rafael Nadal. Personne. Nadal était invaincu à Roland-Garros — il avait été couronné à quatre reprises et semblait bien parti pour récolter un cinquième titre. Rafa avait remporté 31 matchs consécutifs sur la terre battue parisienne et Soderling est devenu son premier bourreau. Soderling a d’ailleurs été le seul à réussir cet exploit jusqu’à l’an dernier alors que Novak Djokovic domine l’Espagnol 7-5, 6-3 et 6-1 en quart de finale.

https://youtu.be/OpaeA_g5hx4