Le coin des experts : Prédictions pour la saison sur le gazon de 2019

mercredi, 19 Juin

En un rien de temps, la terre battue est oubliée et fait maintenant place au gazon.

Ce doit être la transition la plus difficile et la plus rapide du calendrier du tennis. Il n’est donc pas étonnant que certains joueurs préfèrent faire l’impasse sur la saison sur terre battue. Ils peuvent ainsi éliminer tout le travail que requiert l’argile et qui sera, de toute façon, jeté par la fenêtre quand il sera le temps de peaufiner leur jeu sur une surface plus rapide et plus glissante.

Nous savons que la pelouse a tendance à favoriser un certain genre de joueur. Les puissants serveurs. Les joueurs qui peuvent couper la balle et la garder basse. Les bons volleyeurs.

Mais nous avons aussi vu de nombreux joueurs trouver le moyen de devenir de bons athlètes sur le gazon, ou du moins, d’être plus compétitifs que beaucoup l’auraient imaginé. Le meilleur exemple est sans nul doute le meilleur joueur de terre battue de tous les temps, Rafael Nadal, et il n’est pas étonnant que notre groupe d’experts croit, qu’après avoir mis la main sur sa 12e couronne de Roland-Garros, l’Espagnol puisse détrôner le champion en titre Novak Djokovic et remporter son premier trophée de Wimbledon depuis 2010.

« J’adore l’allure qu’avait Rafa à Paris », mentionne Jimmy Arias, directeur du tennis d’IMG et analyste à la télévision. « Ses services étaient plus puissants à Roland-Garros, il était prêt à avancer dans le terrain et à frapper ses coups droits plus forts que d’habitude. Je crois qu’il va probablement gagner Wimbledon. »

Arash Madani, de Sportsnet, est d’accord avec Arias. « La demi-finale épique de l’an dernier entre Nadal et Djokovic s’est transformée en partie de pile ou face », explique Madani. « Alors que Nadal amorce la saison sur le gazon en très grande forme, gagner Wimbledon est une sérieuse possibilité. »

L’an dernier, Djokovic avait eu raison de Kevin Anderson en trois manches lors de la finale pour remporter son quatrième titre au All-England Club. Cette année, il devra se méfier de plusieurs autres joueurs, outre Nadal, à commencer par l’octuple champion Roger Federer.


« Quand Federer est sur la coche, il peut battre n’importe qui sur le gazon », croit la Canadienne Sharon Fichman.

Selon le rédacteur de Tennis Canada Tom Tebbutt, « il est assez évident que la plus grande menace de Novak est Roger Federer. Toutefois, un joueur négligé comme Milos Raonic possède assez d’expérience et Stefanos Tsitsipas a connu beaucoup de succès dans les Grands Chelems, ce qui les rend dangereux. »

Pour sa part, Caroline Cameron, de Sportsnet, pense que cette année, quelqu’un d’autre que les grands noms du tennis masculin pourrait faire une percée sur l’herbe.

« Le duel de Roland-Garros entre Tsitsipas et Stan Wawrinka est vraisemblablement le match de l’année jusqu’à maintenant. Bien sûr, Tsitsipas a perdu, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il s’illustre dans un Grand Chelem et je le vois bien réussir cela sur le gazon. »

À l’instar de Djokovic, Serena Williams nourrit aussi de grandes attentes dans la poursuite de son 24e trophée de Grands Chelems après sa piètre performance à Paris. Williams n’a pas beaucoup joué cette année et a laissé entendre qu’elle pourrait participer à un tournoi préparatoire avant Wimbledon pour la première fois depuis de nombreuses années.

« Quand Serena est en forme, elle est pratiquement invincible », mentionne Fichman. « Mais il y a beaucoup de filles qui arrivent à Wimbledon avec le vent en poupe, c’est le cas notamment d’Ash Barty. »

Tebbutt dit : « C’est difficile de l’imaginer assez en forme pour gagner sept matchs à Wimbledon. Mais Serena est tellement exceptionnelle, qu’elle peut rendre n’importe quelle prédiction ridicule. Pourtant, je parie sur la jeunesse. »


Aucun de nos experts n’a choisi Serena pour gagner Wimbledon cette année. Seul Arias la voit se rendre en finale.

« Depuis les 15 dernières années, s’il y avait un tournoi du Grand Chelem, j’étais presque sûr que Serena le gagnerait », confie-t-il. « Je crois qu’elle va au moins atteindre la finale, car même si cela n’a pas fonctionné sur la terre battue, elle peut utiliser sa toute sa puissance sur le gazon. »

Même si les joueurs canadiens n’ont pas excellé sur l’argile, il y a eu des résultats positifs. Nos experts semblent penser qu’un Milos Raonic bien reposé et en santé — un de ceux qui ont fait l’impasse sur tous les tournois sur terre battue — pourrait être celui qui représentera le mieux son pays sur l’herbe.

« C’est comme si nous avions tous oublié qu’il a pris part à la finale (de Wimbledon) il y a trois ans », raconte Madani. « Raonic est le Canadien le mieux classé et celui qui possède le plus d’expérience. (Denis) Shapovalov est dans un creux de vague, Félix (Auger-Alliasime) n’a que très peu joué sur le gazon et l’épaule de Bianca (Andreescu) reste un problème. Raonic est donc celui qui devrait aller le plus loin. »

Cameron croit aussi que trop de gens ont oublié à quel point Raonic peut exceller sur le gazon.


« Malgré tout l’engouement pour la jeunesse canadienne, je pense encore qu’un Milos reposé et en santé aura le plus de succès au cours de la saison sur le gazon », dit-elle. « Après deux quarts de finale, une demi-finale et une finale au cours des quatre dernières années, Wimbledon semble être le meilleur endroit pour la conquête d’un titre du Grand Chelem pour Raonic. »

Quant à Fichman, elle estime que le style de jeu de Shapovalov convient parfaitement au gazon.

« Le gazon est peut-être sa surface de prédilection. Comme il n’a pas connu beaucoup de succès sur la terre battue, il sera assurément assoiffé de victoires et pas trop fatigué physiquement. Il est très versatile et son revers à une main peut être dévastateur sur l’herbe. »

N’oublions pas la spécialiste du double Gabriela Dabrowski, qui, sans faire trop de bruit, connaît une très bonne saison et est de retour au Top 10. Dabrowski et sa partenaire Yifan Xu étaient quart de finalistes du double féminin de Roland-Garros, puis, en double mixte, Gaby et Mate Pavic ont atteint la finale avant de s’incliner face aux champions en titre Latisha Chan et Ivan Dodig.

Mauricio Paiz

L’an dernier, Dabrowski et Xu étaient demi-finalistes à Wimbledon. La Canadienne a donc prouvé qu’elle était à l’aise sur l’herbe.

Durant les tournois de Stuttgart, Bois-le-Duc, Halle, Antalya, Queen’s Club et Eastbourne, nous allons surveiller les résultats pour voir qui ressortira du lot sur la pelouse. N’oubliez pas que le triomphe d’Angelique Kerber à Wimbledon l’an dernier a été précédé d’un carré d’as à Eastbourne.

De l’autre côté, Anderson a perdu son seul match sur le gazon, au Queen’s Club, avant de se faufiler en finale au All-England Club.

La saison sur le gazon est probablement la plus imprévisible d’entre toutes. Nous verrons bien si c’est encore vrai cette année.

(Photo en vedette : Peter Staples / ATP Tour)

Mots-clés