Rohan Bopanna, le plus canadien des Indiens

samedi, 10 Août

Peut-être est-ce à cause de la poutine, de nos soins de santé gratuits ou de notre légendaire politesse, mais l’Indien Rohan Bopanna semble vraiment avoir un penchant favorable pour le Canada.

L’ancien numéro 1 mondial du double a longtemps été le partenaire de Daniel Nestor, légende du tennis canadien récemment à la retraite, avant de former un duo avec la reine du double au pays Gabriela Dabrowski.

Mais voilà que depuis mars dernier, Bopanna et Denis Shapovalov se sont engagés à disputer le reste de la saison ensemble.

Bopanna, qui occupe actuellement le 46e rang de la spécialité, et la jeune sensation de 20 ans (139e) ont atteint la finale du tournoi de Stuttgart, en Allemagne, en juin, éliminant notamment les redoutables jumeaux Mike et Bob Bryan au premier tour.

« Je connais Denis depuis quelques années et je lui ai simplement demandé pour faire équipe pour Indian Wells », a expliqué Bopanna. « On a très bien joué à notre tout premier match et à partir de ce moment-là, on a commencé à se voir plus souvent et à s’entraîner ensemble quand Denis s’échauffait pour ses matchs de simple. C’est de cette façon qu’on a bâti un genre de camaraderie. J’ai toujours pensé qu’une bonne camaraderie faisait une bonne équipe, et je crois que ça nous aide vraiment dans nos matchs.

« Mais c’est la première fois que je joue avec quelqu’un qui a 18 ou 19 ans de moins que moi. »

Ce n’était pas tout à fait la même situation lorsqu’il évoluait aux côtés de Nestor, qui est de sept ans son aîné. Entre 2014 et 2016, les deux partenaires ont été couronnés à Dubaï et à Sydney en 2015, tandis qu’il avait été couronné champion du double mixte de Roland-Garros en 2017 avec Dabrowski.

Et à Montréal cette semaine, le duo Bopanna-Shapovalov est passé directement en demi-finale de la Coupe Rogers après le forfait de Stanislas Wawrinka (avec Benoît Paire) en raison d’une blessure. Samedi soir, sur le Court central, Bopanna et Shapovalov affronteront les Néerlandais Robin Haase et Wesley Koolhof pour une place en finale.

Mots-clés